Une interview avec une mésange

Les mésanges vivent dans les bandes hivernales. Photo par Amelia Buchanan, CC.

Les mésanges vivent dans les bandes hivernales. Photo par Amelia Buchanan, CC.

Amelia : Allo mésange, est-ce que vous avez un moment pour me parler?

Mésange : Non. Au contraire je n’ai pas de temps! Il faut que je cache des grains. Je ne peux pas trouver la nourriture pendant l’hiver à l’épicerie, comme les humains.

A : Mais j’ai des graines de tournesol ici, dans ma poche.

M : Ça change tout! Je peux prendre un peu de temps pour te parler.

A : Vous cachez des grains pourquoi?

M : Pour survivre l’hiver, évidemment. Je vais les utiliser quand il fait trop froid pour chercher les insectes. Comme les écureuils, je les cache en abondance l’automne pour les retrouver pendant l’hiver. Contrairement à un écureuil, qui a une mémoire de moineau, j’arrive à me souvenir des locations d’un mille graines que j’ai cachées cinq mois avant. Pas mal pour un petit oiseau, hein?

A : Pas mal du tout. Est-ce que vous cachez les graines sous la terre comme les écureuils?

M : Non, je préfère les placer dans les petits trous des arbres ou en dessous de leur écorce. Il est plus facile de les trouver là que par terre après qu’il ait neigé.

A : Ah, c’est intelligent, ça. À part la nourriture, comment est-ce que vous faites pour survivre aux hivers canadiens?

M : Ca n’est pas facile. Heureusement mes plumes capturent ma chaleur corporelle. Ça fonctionne comme vos sous-vêtements longs. Pendant la nuit je m’endorme dans un trou douillet dans une bûche pourrie. Pendant que je dors, la température de corps baisse de 10-12 degrés Celsius pour économiser de l’énergie.

A : 10 degrés Celsius? J’ai froid quand mon thermostat baisse de deux degrés.

M : T’as froid parce que tu n’es qu’un humain fragile. Laisse-toi pousser des plumes!

A : Hey, ce n’est pas gentil! Je partage mes graines de tournesol, après tout.

M : Désolé. Je deviens plus agressif pendant l’hiver. C’est comment on survit dans notre gang.
A : Attends, il y a des gangs des mésanges?

M : C’est plutôt une bande, mais un gang a l’air plus cool.

A : Alors, combien il-y-a-t-il de mésanges dans ta bande hivernale?

M : Cette année nous sommes cinq : deux couples et un bébé. Il y a aussi un pic et des sittelles, mais ils ne font pas partie de la hiérarchie.

A : Pourquoi est-ce que les autres oiseaux vous rejoignent?

M : Nous connaissions vraiment bien ce territoire. Des fois, des oiseaux migrateurs passent du temps avec nous autres parce que nous connaissons les meilleurs endroits pour manger. Nous les aidons. Nous sommes agressifs, pas méchants.

A : Pourquoi est-ce que vous êtes agressifs?

M : Notre bande a une échelle vraiment stricte. Si vous êtes agressifs, vous mangez en premier et vous avez les meilleurs endroits pour dormir la nuit.

A : Je vois l’avantage. Alors, vous êtes où sur cette échelle?

M : En haut bien sûr. Je suis le mâle le plus vieux. Au printemps je vais trouver un territoire avec la femelle dominant, et avoir les enfants. Nous serons bien nourris, alors nos enfants vont avoir une meilleure chance de survivre.

A : Est-ce que vous aimez les enfants?

M : Pas vraiment. C’est épuisant d’élever les bébés. Nous les nourrissions 6-14 fois par heure. C’est ridicule.

A : Vous avez combien de petits, normalement?

M : Ma femelle pond 5-7 œufs chaque année. S’ils ne sont pas mangés par des serpents, des écureuils ou des belettes, on aura de 5 à 7 bébés à nourrir et à changer.

A : Qu’est-ce que vous voulez dire par changer? Ils ne portent pas de couches, vos petits?

M : Non, mais il faut enlever leur déjections du nid. Et ils en produisent beaucoup!

A : Ah, je vois. Est-ce que vous leurs donnez des grains pour manger?

M : Non. Nous leur donnons des insectes. Les insectes sont 80-90 % de notre alimentation pendant l’été. Même en hiver, ils ne représentent que 50 % de notre alimentation.

A : J’imagine que c’est difficile d’en trouver l’hiver.

M : Je le sais, mais je suis fantastique. Et mignon.

A : Bon, c’est pour cette raison que les gens vous donnent les grains l’hiver. C’est pas mal ta vie!

M : Oui. Merci pour les grains. Je te quitte pour aller persécuter une jeune mésange. À plus!

Les Références
http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/chickadee/
http://bna.birds.cornell.edu/bna/species/039/articles/introduction
http://www.hww.ca/en/species/birds/chickadee.html

Advertisements

About Amelia

I am a recent biology graduate and current journalism student exploring career opportunities in science communications.

Have questions, feedback, or suggestions for my next post? Put your thoughts here!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Follow lab bench to park bench on WordPress.com

Previous Posts

January 2015
M T W T F S S
« Dec   Feb »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives

%d bloggers like this: